Peluches et adultes

juin 01, 2020 5 min de lecture

Adulte peluche

Quand j'avais 18 ans, mon petit ami du lycée m'a offert un tigre du Bengale en peluche de 30 centimètres avec un ventre fourrure blanc. Je l'ai appelé "Toudou", en raison de son ventre. Quand je suis partie à l'université, le premier travail de Toudou a été de me rappeler mon petit ami lorsque je rentrais chez moi. Mais lorsque nous nous sommes séparés sept mois après le début de ma première année, le nouveau travail de Toudou est devenu un soutien moral.

Depuis, il m'a aidée à traverser toutes les épreuves difficieles que j'ai rencontrées dans ma vie. Contrairement aux hommes avec qui je suis sortie dans la vingtaine, Toudou ne ronflait pas, ne se plaignait pas et ne me faisait pas la sourde oreille. Tant qu'il me faisait des câlins le soir, mon monde était bien.

Maintenant, j'ai la trentaine et je suis mariée. Et je dors encore avec Toutdou tous les soirs. J'ai cette peluche depuis si longtemps que c'est devenu une peluche pour adulte. Ce n'est pas quelque chose dont je parle souvent ou ouvertement.

Mais récemment, je suis allé à la pendaison de crémaillère d'une amie, et alors qu'elle me faisait visiter sa nouvelle maison, j'ai remarqué qu'elle avait aussi un animal en peluche sur son lit. "Tu as encore tes nounours malgré ton âge ?" lui ai-je demandé. "Oh mon Dieu, oui", a-t-elle dit. "Tous les soirs. C'est mon bien le plus précieux."

"Le bien le plus précieux" peut sembler un peu exagéré, mais les liens affectifs des gens avec leurs animaux en peluche sont très réels, et peuvent même être bons pour eux. Une étude menée par des chercheurs de l'université UV d'Amsterdam a montré que le toucher, y compris celui d'un ours en peluche ou d'un autre animal en peluche, a des effets bénéfiques sur la santé et peut même contribuer à soulager l'angoisse existentielle. "Nombreux sont ceux qui possèdent une peluche ou un ours en peluche et qui croient que celles-ci possèdent des propriétés magiques mais c'est la première fois que la science le confirme", a écrit le Daily Mail.

Bien sûr, je ne suis plus un enfant. Mon ami dont j'ai assisté à la pendaison de crémaillère ne l'était pas non plus. Je me suis demandé s'il était courant que des personnes ayant des pattes d'oie dorment encore avec un animal en peluche. Dois-je m'en inquiéter ou l'accepter ?

Peluches et adultes, incompatibles docteur? 


Selon le thérapeute agréé Robert (Bob) Ryan, conseiller clinique professionnel agréé (LCPC) et art-thérapeute agréé (ATR), pas vraiment. Il existe des "milliers" de raisons pour lesquelles les adultes peuvent choisir de dormir avec des animaux en peluche. "C'est le signe d'un besoin", a-t-il déclaré. "Si vous êtes solitaire et que vous avez un gros nounours vous ne pouvez imaginer le bien que cela procure". Parfois, il est très réconfortant de câliner un oreiller, et il se peut que ce ne soit rien de plus que cela".

Tant que cela n'interfère pas ou n'entrave pas la capacité d'une personne à fonctionner normalement dans le travail, l'amour et la vie, Ryan pense que c'est probablement bien de garder Toudou dans les parages .

Sophie une de mes amis, dort chaque nuit avec ses deux nounours: Martin et Lucas. La Parisienne de 29 ans a eu la chance d'avoir un partenaire qui la soutient et qui ne s'inquiète pas des amis en peluche. Il semble également comprendre que leur inclusion dans leur lit n'est pas négociable. "Toutes les nuits je dors avec mes nounours, mon compagnon n'a d'autre choix que de les accepter", a-t-elle dit.

La seule rumeur qu'elle ait reçue est celle d'un ex-petit ami à l'université, qui était avec elle quand elle a acheté Lucas : "Il était tellement gêné d'être vu avec moi marchant dans les rues de Paris en portant mon nouveau Ours en peluche géant.

Ours en peluche marinière

Vous n'êtes pas les seuls adultes avec une peluche


Justin Berry, un skateur de 36 ans de Philadelphie qui travaille dans le service des achats des bureaux d'Urban Outfitter, dort chaque nuit avec son requin en peluche d'un mètre de long. Il a son compagnon en peluche depuis plus de cinq ans. Enfant, il avait deux compagnons en peluche : un ours en peluche nommé Big Ted, et un pavot nommé Puzzle. Mais son requin ne remplace pas ces amis en peluche perdus depuis longtemps ; il le voit plutôt comme un oreiller.

Il s'empresse d'écarter les inquiétudes de ceux qui pensent que les hommes adultes ne devraient pas coucher avec des animaux en peluche.

Un récent sondage de Best Mattress Brand montre que Berry n'est pas le seul à partager ce sentiment. La marque a interrogé 2 000 Américains et a découvert que 37,5 % des personnes interrogées avaient dormi avec un animal en peluche dans leur enfance. Parmi ceux-ci, 7 % des adultes ont déclaré qu'ils dormaient encore avec leur animal en peluche la nuit, citant le confort et l'habitude comme principales raisons. Les personnes âgées ont deux fois plus de chances de dormir avec un animal en peluche que les personnes de la génération X, selon cette petite enquête commanditée par une marque. Toutes les générations ont convenu que le fait d'amener une poupée au lit serait un facteur de rupture. (Les poupées sont effrayantes).

Jenna Walker (qui a demandé à changer son nom de famille pour qu'il ne soit pas la première chose que les gens voient dans une recherche Google) est une créatrice de mode de 35 ans qui a son ours en peluche (appelé "Bear") depuis 30 ans. "Je l'ai eu toute petite lorsqu'un jour mon père et moi étions partis dans une ville voisine", m'a-t-elle dit. "Lorsque je suis rentrée, ma mère m'a fait remarqué à quel point cela ne servirait à rien et que la peluche finirait par prendre de la poussière sur mon lit. Toutefois, cela me l'a fait encore plus aimer". Elle insiste sur le fait qu'elle mourrait si jamais elle le perdait, et ne se soucie pas de ce que les gens en pensent. Honnêtement, j'admire l'attitude de Walker qui dit : "Vieux nounours, je m'en fous".
J'ai finalement demandé à Ryan, sans détour : est-ce que coucher avec un animal en peluche à l'âge adulte est quelque chose dont il faut s'inquiéter ? Est-ce la preuve d'un retard de maturité ou d'un problème de santé mentale latent ?
Il a attendu un peu avant de répondre. "Si cela n'interfère pas avec une partie de votre vie, aimez ces animaux comme s'ils étaient les vôtres."

Je pense que c'est un excellent conseil. Et j'ai l'intention de le suivre et quant à vous n'ayez crainte vous n'êtes pas le seul adulte avec une peluche.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Abonnez-vous